Pays impliqués : Cameroun, Gabon, Madagascar, France
Partenaires : 
        

I Contexte et description
Dans le cadre de l’appel d’offre régional AUF 2013-2014 dédié au renforcement des établissements, l’Institut des Sciences Halieutiques de l’Université de Douala (ISH-UD) à Yabassi a présenté un projet intitulé « Mise en place des parcours et modules de formation du Master en Gestion Durable des Ressources et Ecosystème Aquatiques ». Suite à sa session annuelle régionale ténue les 25 et 26 mars 2013, la Commission Régionale des Experts de l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF) a émis un avis favorable à ce projet sous réserve de démontrer la réelle implication de l’Université, de lui donner un caractère régional et de revoir la méthodologie.
Ces réserves ayant été levées, l’AUF et l’ISH-UD ont ratifié, en décembre 2013, une convention pour la mise en œuvre dudit projet. Sa mise en œuvre, conjointement financée par l’AUF et l’ISH-UD, vise globalement à contribuer au développement du secteur pêche et aquaculture et spécifiquement, au renforcement des compétences professionnelles du secteur par le développement d’une offre de formation au niveau Master en adéquation avec les besoins de la filière. Elle consistera en trois groupes d’activités à savoir :
  • l’identification des besoins d’emplois et de formation dans le secteur halieutique;
  • l’organisation des parcours de Master;
  • le renforcement des compétences des enseignants-chercheurs.

Le présent atelier, tenu les 26 et 27 février 2014 à l’école doctorale de l’Université de Douala, fait office de cérémonie de lancement dudit projet et vise également à :
  • informer la communauté nationale et régionale de la mise en œuvre de ce projet de Master professionnel au sein de l’ISH-UD;
  • imprégner les différentes parties prenantes sur la démarche méthodologique qui sera adoptée tout au long de sa mise en œuvre;
  • ébaucher l’identification des besoins d’emplois et de formation dans le secteur halieutique dans la sous-région.
Cet atelier de lancement du projet a été préparé et réalisé avec la collaboration des coresponsables scientifiques que sont le Pôle d’Appui à la Professionnalisation de l’Enseignement Supérieure en Afrique Centrale (PAPESAC), l’Association Pisciculture Paysanne (APDRA) et la Commission Régionale des Pêches du Golfe de Guinée (COREP), du Ministère de l’Élevage des Pêches et des Industries Animales (MINEPIA) et des personnes ressources. Ont également participé à ces travaux, les professionnels des secteurs de la pêche et de l’aquaculture, de la valorisation des produits halieutiques, de la gestion portuaire, des enseignants chercheurs de l’ISH-UD et des différentes Facultés, Instituts et Grandes Ecoles des Universités d’état du Cameroun. Le MINEPIA, l’APDRA et la COREP, à travers leur communication et la participation aux travaux en atelier, ont enrichi les échanges de leur expérience dans la gestion et l’accompagnement de la pêche de l’aquaculture aux niveaux national et sous régional. Le PAPESAC, au-delà de sa communication sur la démarche méthodologique qu’est l’approche par compétence, a participé avec l’ISH-UD à la conception des différents supports de communication, outils et documents méthodologiques qui ont orienté le travail au cours des deux journées dédiées au lancement de cet atelier.
 
II. Jour 1, le 26 février 2014
II.1. Session 1 : Cérémonie d’ouverture
Cette session qui avait pour modérateur le Professeur TCHOUMBOUGNANG François et pour Rapporteur M. NDEMA NSOMBO Eugène de l’ISH-UD, a eu trois temps forts que sont l’accueil et l’installation des invités, les allocutions et la photo de famille suivis d’un cocktail. Après l’accueil et l’installation des invités, l’annonce de l’arrivée du représentant personnel de Monsieur le Recteur, empêché, nous a introduit au deuxième temps fort de la journée réservé aux allocutions. Ainsi, trois discours ont été prononcés : le mot de bienvenue du porteur du projet, le Pr TOMEDI EYANGO Minette épouse TABI ABODO, Directeur de l’Institut des Sciences Halieutiques ; le mot du Représentant du Directeur de l’AUF Cameroun, le Pr DJOCGOUE Pierre François et le mot du Représentant du Recteur, le Pr DONTSI, par ailleurs Vice Recteur chargé de l’Enseignement, de la Professionnalisation et du Développement des Techniques de l’Information et de la Communication.          
Madame le Directeur de l’ISH-UD, porteur du projet a commencé son allocution en souhaitant une chaleureuse bienvenue et un agréable séjour à tous les participants. Elle a par la suite remercié l’AUF pour avoir accordé un financement au projet soumis par l’ISH. Par la suite, elle a indiqué la place centrale qu’occupent les écosystèmes aquatiques et leurs ressources halieutiques dans la lutte contre l’insécurité alimentaire. C’est d’ailleurs l’une des motivations qui a justifié l’engagement de l’ISH à travers le projet et qui mobilise tant de sommités dans le domaine en ce jour pour qu’ensemble nous puissions apporter une solution durable. Madame le Directeur n’a pas manqué de faire remarquer que cet atelier, qui a réuni en même temps des professionnels, des administrations et des enseignants chercheurs, s’arrimait aux résolutions du forum Université-Entreprises co-organisé par l’Université de Douala et le Groupement Inter patronal du Cameroun (GICAM), qui souhaite une consultation accrue des professionnels pour une meilleure adéquation formation emploi. 
Prenant la parole à la suite du Pr TOMEDI, le professeur DJOCGOUE a dit tout l’intérêt qu’a suscité la lecture du projet de l’ISH au sein de l’AUF notamment pour l’originalité de l’approche. Il n’a pas manqué d’encourager le porteur du projet et toute son équipe dans la mesure que la réussite de ce projet apporterait du crédit à la démarche qui sera sans doute adoptée dans de nombreuses autres institutions. Il a poursuivi en rappelant les grandes lignes du projet, ses objectifs et les principaux résultats attendus.
Dans son propos, le Pr DONTSI, a présenté les écosystèmes aquatiques d’Afrique Centrale comme de véritables viviers économiques pour les populations riveraines qui y tirent de nombreux biens et services. Toutefois, ces écosystèmes sont soumis aux pressions anthropiques qui affectent considérablement leur qualité et leur potentiel halieutique. Il s’est félicité de l’opportunité de la signature cette convention entre l’ISH et l’AUF pour la mise en œuvre d’un projet qui vise à terme la Gestion Durable des Ressources et des Ecosystèmes Aquatiques. Ce projet se situant en droite ligne avec les préoccupations du Gouvernement Camerounais en faveur de la protection de l’environnement et de la nature. Il a achevé son propos en déclarant ouvert les travaux de l’atelier de lancement du projet de mise en place des parcours et modules de formation de master en gestion durable des ressources et des écosystèmes aquatiques.
Après ces allocutions, une photo de famille prise à l’esplanade de l’école doctorale sise à Akwa, précédant un cocktail tenu dans l’une des salles attenantes à la salle des actes de l’Ecole Doctorale, a immortalisé cette cérémonie de lancement.
 
II.2. Session 2 : Présentation du projet de mise en place des parcours et modules de formation de master en gestion durable des ressources et écosystèmes aquatiques
La reprise des travaux après le cocktail était articulée autour de la présentation du projet par madame le Pr TOMEDI EYANGO Minette épouse TABI et son jeune collègue M. NYAMSI TCHATCHO Nectaire Lié (ISH-UD). Cette session avait pour modérateur le Pr DIBONG Didier (Fac. Sc-UD) et messieurs TAMGNO Béranger Raoul et NYAMSI TCHATCHO Nectaire Lié (ISH-UD) en étaient les rapporteurs.
La présentation du projet s’est faite en 7 points : la nature du projet et l’équipe de mise en œuvre présentées par Mme le porteur du projet ; le contexte et la justification du projet, ses objectifs et les résultats attendus, les principales activités et les remerciements présentés par M. NYAMSI.
  
Présentation du Projet GesDREA par le Pr TOMEDI épse TABI et M. NYAMSI
On peut retenir de cette présentation que quatre masters sont actuellement en cours à l’ISH et la différence fondamentale avec ceux en gestation réside dans la démarche de conception qu’est l’approche par compétence. Elle consiste à définir les compétences inhérentes à l'exercice d'un métier et à les formuler dans le cadre d'un programme de formation.
La mise en œuvre du projet se fera avec des établissements partenaires tels que le PAPESAC, la COREP et l’APDRA qui sont coresponsables scientifiques du projet. Le suivi du projet se fera avec l’AUF et l’on pourra bénéficier de la collaboration de l’Institut Halieutique et des Sciences Marines (IH.SM) de Madagascar, de l’Unité Mixte de Recherche Intensifcation Raisonnée et Ecologique pour une Pisciculture Durable (INTREPID) du CIRAD ; le LEGTPA Aquacole Louis Pasteur – La Canourgue et le Pôle Halieutique d’AGROCAMPUS OUEST.
En effet, le potentiel halieutique de production en Afrique Centrale est énorme mais, seule une part marginale est actuellement exploitée. Ce secteur se caractérise par un déficit d’accompagnement organisationnel et institutionnel attribuable essentiellement à l’absence de ressources humaines qualifiées pour une gestion durable et optimisée. Le projet vise spécifiquement à renforcer les compétences professionnelles du secteur par le développement d’une offre de formation au niveau Master en adéquation avec les besoins de la filière.
Les activités prévues au cours de ce projet se résument en trois points à savoir :
  • identifier des besoins d’emplois et de formation dans le secteur halieutique;
  • organiser des parcours de Master;
  • renforcer les compétences des enseignants-chercheurs.
Après un inventaire des métiers prioritaires et besoins de formation de niveau Master dans le domaine, au sein de la sous région Afrique Centrale, des référentiels de métiers seront élaborés. Pour chacun de ces métiers et besoins de formation, une revue des curricula et programmes de formation proposés, au sein des institutions d’enseignement et de recherche partenaires, sera réalisée. Des référentiels de Formation seront par après élaborés selon l’approche par compétence en associant des professionnels et des enseignants-chercheurs. Des enseignants chercheurs iront en stage de renforcement des compétences pour être plus outillés dans l’encadrement des étudiants.
Après cette présentation du projet, une synthèse faite par le modérateur a précédé le dîner débat. De ce diner-débat, les préoccupations majeures étaient la place du ou des nouveaux masters puisqu’il en existe déjà à l’ISH-UD, la valeur ajoutée de ces nouveaux masters, la possibilité de concurrence entre les masters existant et ceux à créer, la place d’un pêcheur lambda dans ce projet si ce dernier n’a pas un niveau supérieur, les pré-requis de formation pour la sélection en ces masters, l’insertion professionnelle ou la faible compétence de nos étudiants sur le marché de l’emploi.
A toutes ces questions et bien d’autres, madame le Pr TOMEDI EYANGO et son équipe ont apporté des réponses on ne peut plus satisfaisantes aux préoccupations des uns et des autres. Après ce diner-débat ouvert à cette session, il était 13 h 37 min quand le modérateur, le Pr DIBONG Didier a fermé la session.