CONTEXTE

Les ressources halieutiques issues de la pêche étant largement exploitées (voire surexploitées), l’approvisionnement en poisson devient de plus en plus difficile. La pisciculture extensive se révèle un atout pour les petites exploitations agricoles. Nécessitant peu de trésorerie, elle permet de valoriser les facteurs de production et les sous-produits agricoles, diminue les dépenses liées à l’alimentation, crée une activité génératrice de revenus et améliore l’équilibre de la ration alimentaire.

Le réseautage de différentes équipes et institutions de recherche ouest et centre africaines, spécialisées dans la conduite des recherches appliquées dans le domaine l’aquaculture, devrait  permettre à terme de faciliter un rééquilibrage argumenté des politiques agricoles et de développement dans ces pays. C'est dans ce contexte qu'à été mis sur pied le Réseau de recherche-développement sur les Systèmes Piscicoles Extensifs familiaux en Afrique de l'Ouest et Centrale, appelé Ré-SyPiEx.

 

OBJECTIF

Le présent projet vise à renforcer et pérenniser les partenariats initiés depuis 2011 à travers le projet SyPiEx « Intensification écologique des systèmes piscicoles extensifs familiaux en Afrique de l’Ouest et Centrale à partir d’une analyse des processus d’innovation » qui a pour but d’améliorer la durabilité de la pisciculture et plus largement des exploitations agricoles familiales de l’Afrique de l’Ouest et Centrale.

RESULTATS OBTENUS

1. Le réseau Ré-SyPiEx est structuré au niveau national et régional.
2. Les travaux antérieurs et en cours des équipes sur les systèmes de piscicultures familiaux en Afrique de l’Ouest et du centre sont valorisés.
3. Des sujets de recherche et de formation régionaux conduisant à la mobilité  d’étudiants, de chercheurs et d’enseignants  sont mis en œuvre.
4. Les politiques publiques locales, nationales et régionales prennent en compte le rôle des systèmes extensifs dans la sécurité alimentaire, valorisent le travail des paysans.

FINANCEMENT 
Programme d‘Appui à la Recherche en Réseau en Afrique (PARRAF)

PARTENAIRES